Cliquez sur l'image pour acceder à son site

Dans un monde où règne l'esthétisme et la technologie, Mllz Fannib, à contre-courant, impose son style. Étonnante dans sa spontanéité des supports et de la matière, attachée à l'époque de ses aïeux, ses personnages usés et flétris nous replongent dans le passé et interpellent sur ce temps qui s'écoule, cette beauté qui s'effrite, cette jeunesse qui s'oublie, fatalités universelles. Mllz Fannib ne peint pas, elle crée des objets. Des objets qui semblent avoir vécu et qui, à la fois, désirent nous conter une histoire ou plutôt la fin d'une histoire, celle que nous vivrons tous un jour ou l'autre. A l'instar du Dorian Gray qui dissimulait son portrait afin de le laisser se marquer de la vieillesse et de la déchéance de sa vie, on peut imaginer ce même désir dans les toiles de Mllz Fannib, une boîte de Pandore faite de peinture et de bois ; à la différence qu'elle, la laisse ouverte à la vue de tous avec insouciance et cynisme et nous met face à ces questions existentielles. Son univers parcourt le monde onirique de Lewis Carroll, l'époque d'Oscar Wilde et revisite l'histoire de l'art à sa sauce ; tantôt féérique tantôt froid de réalité arborant fièrement un pied de nez au classicisme de la peinture, Mllz Fannib exprime ses craintes sans tristesse ni nostalgie et elle le fait avec beaucoup d'humour et de légèreté parce que dans le fond, même si ses personnages se veulent laids et sombres, on a envie de les aimer.


facebook